< Retour à l'accueil du blog Isautier

La longue tradition maritime de La Maison Isautier

Publié le 20 avril 2018
< Article précédent Article suivant >

Connue pour son savoir-faire en matière de rhums et de punchs, savoir-faire récompensé à de multiples reprises depuis de 1878, La Maison Isautier partage aussi une longue tradition maritime. Elle a en effet exploité de nombreux navires pour commercialiser ses produits et a même possédé plusieurs bateaux emblématiques comme L’Elise. Cet attachement fort à la mer se retrouve d’ailleurs dans l’emblème de la maison.

La Maison Isautier, qui a fêté ses 170 ans en 2015, possède une longue tradition maritime.
Une tradition qui commence en 1832, lorsque Louis Isautier arrive sur l’île. Convaincu que ce petit territoire dispose d’un important potentiel de développement économique, il s’intéresse à l’activité sucrière, alors en plein essor.
Lorsque son frère Charles le rejoint en 1834, ils décident d’acquérir des terrains et, ensemble, ils se lancent dans la production de rhum en créant une distillerie familiale. [EC1] Nous sommes alors en 1845.
La production démarre et l’activité se développe très vite. Comme de nombreuses familles du Sud de l’île, les Etablissements Isautier commencent alors à s’intéressent au secteur maritime, notamment dans le but de commercialiser leur production.
A cette époque, il n’existe pas encore à La Réunion de structure portuaire permettant de décharger les navires « bord à quai ». Les commerçants passent donc par des entreprises appelées « établissement de batelage » (ou « Marines »), installées sur la côte pour organiser le commerce d’import-export via des ponts-débarcadères.
Dès 1842, les frères Isautier s’associent à d’autres propriétaires du Sud de La Réunion pour l’exploitation d’une entreprise de batelage à Langevin. Quelques années plus tard, ils font l’acquisition de leurs premiers bateaux : l’Appollonnie et le Rosina pour le petit cabotage (acheminement de marchandises ou de passagers sur une courte distance).
Toutefois, leurs marchandises transitent également sur d’autres navires, comme l’atteste la cargaison du Louis Deligent, lors de son sauvetage en 1901 à Saint-Gilles : un stock d’engrais, des barriques et des bouteilles vides appartenant aux Isautier y sont recensés.
Le lien de La Maison Isautier avec la mer est de plus en plus fort. La voie maritime se révèle en effet essentielle à cette époque pour le transit des produits entre Tamatave (Madagascar) où se trouve la distillerie « Salazamay » et La Réunion. Les rhums Isautier étaient alors commercialisés à 3 endroits : à Madagascar, à La Réunion et en métropole.

L’emblème de la Maison : un bateau

L’Elise est le témoin le plus récent de cette activité maritime de La Maison Isautier. Cette goélette en fer de 169 tonneaux, dédiée au grand cabotage entre les îles de la région, est la propriété de la famille jusqu’en 1931. Même s’il n’est pas le navire le plus techniquement avancé de son époque, L’Elise est le plus récent disponible à l’époque sur l’île de La Réunion. Construite en 1917, ce petit bâtiment qui peut naviguer à la voile est loin d’être un coureur des mers. Il dispose néanmoins d’un moteur auxiliaire de 115 chevaux vapeur lui permettant de réaliser de nombreux voyages.
Mais après avoir brillamment rempli sa mission, L’Élise reste à quai et se désagrège lentement entre 1928 et 1931.
En 1931, le navire est donc revendu à un grand négociant de Saint-Denis, dans Le Nord de La Réunion. L’Elise quitte alors son quai, pour se rendre au port de La Rivière des Galets, grand port de l’ouest de l’île, afin d’y être réparé et de pouvoir naviguer à nouveau.
C’est hélas, au cours de ce trajet que le navire fait naufrage, marquant ainsi la fin de la grande aventure Maritime de la famille Isautier.
Cependant, on retrouve aujourd’hui encore ce rapport à la mer dans l’emblème de la Maison. Un emblème qui n’est autre qu’un bateau, signe que l’ancrage maritime ne s’efface pas aussi facilement.

Article réalisé en partenariat avec La Confrérie des Gens de la Mer : www.cgm974.com