< Retour à l'accueil du blog Isautier

Un punch, des recettes !

Publié le 11 octobre 2017
< Article précédent Article suivant >

Punch coco, punch classique, ti-punch... Y a de quoi facilement s’emmêler les pinceaux ! Alors, reprenons à la base : le punch, et son histoire !

Tout le monde connaît le punch, cette boisson alcoolisée ou non, ayant pour particularité d’avoir une saveur fruitée distinctive. Mais connaissez-vous réellement sa provenance et ses spécificités ? Dans cet article nous allons parcourir les siècles pour comprendre comment le punch a été inventé, pour devenir ce qu’il est aujourd’hui.

1/ Quels sont ses origines ?

Historiquement, le punch date du XVIe siècle. Il aurait été créé par des marins britanniques en mélangeant du Tafia (un genre de rhum brut) qui était embarqué sur les navires, avec d’autres ingrédients. Le “punch” provient de l’Hindi “panch”, qui lui signifie “cinq” en référence aux 5 ingrédients de la boisson à savoir le thé, le sucre, l’eau-de-vie, la cannelle et le citron. Bien que fabriqué à l’origine aux Caraïbes, le punch a très vite connu plusieurs variantes en fonction des pays, des cultures et des fabricants !

Le punch était en effet très populaire en Angleterre durant le XVIIe siècle et le sera également en France un peu plus tard, au cours du XVIIIe siècle.

2/ Comment est-il constitué ?

Très souvent et notamment à la Réunion, il y a un amalgame entre le punch et le rhum arrangé. Le rhum arrangé est bu en digestif, car l’on y ajoute pas ou très peu de sucre, contrairement au punch, qui lui est plutôt consommé en apéritif. D’ailleurs, le rhum arrangé est normalement autour de 40° d’alcool, alors que les punchs titrent plutôt à 18°.

Initialement, le punch est issu d’une macération de fruits dans du rhum (qui doit titrer au moins à 50°, voire même à 55°) avec du sucre ou du sirop de canne et du citron. Il existe également une variante du punch, qui consiste à utiliser du rhum vieux ou ambré plutôt que du rhum blanc, agricole ou traditionnel. Généralement, le punch est servi dans un bol, que l’on appelle également “punch bowl”.

Aux Antilles, en Guyane et à la Réunion, le punch traditionnel se nomme le “Ti-punch”. D’ailleurs, le “Ti-punch” contient du rhum blanc, tandis qu’en métropole le punch est constitué d’un mélange de plusieurs rhum.

Dans tous les cas, chacun a sa propre recette de punch, qu’il soit antillais, réunionnais, métropolitain… Bref, il y a autant de recettes que d’amateurs de rhum !

De nombreux fabricants dont Isautier oeuvrent à créer de nouvelles saveurs en utilisant des techniques propres, un savoir-faire traditionnel et des ingrédients locaux pour obtenir des punchs aux goûts inédits !

Attention, bien que le punch soit à consommer avec modération, l’ajout de glaçons est à proscrir !